Les origines du Poinçon de Genève

Une histoire d’excellence qui débute au XIXème siècle

head-img-histoire

Vers 1850, l’horlogerie genevoise jouit d’une telle réputation internationale que les contrefaçons et abus de certains fabricants peu scrupuleux se multiplient. Pour protéger l’appellation «Genève» ainsi que le savoir-faire qui fait la renommée de la ville, la Société des Horlogers (fondée en 1878) demande au Grand Conseil de la République et Canton de Genève d’édicter une loi aux exigences très strictes.

 

Le 6 novembre 1886, cette loi établit un label indépendant baptisé Poinçon de Genève. Un Bureau de contrôle facultatif des montres genevoises est créé. Il a pour mission d’apposer le poinçon officiel de l’Etat sur les montres et mouvements présentés par des fabricants du canton et répondant à un certain nombre de critères techniques très précis.

 

Depuis sa création, le Poinçon de Genève n’a cessé d’évoluer avec son temps, adaptant les critères d’obtention de la certification aux attentes, toujours plus élevées, des clients et des amateurs de haute horlogerie.

 

La dernière, et la plus significative, de ces évolutions a eu lieu à l’occasion du 125ème anniversaire du Poinçon de Genève, en 2011. Elle étend désormais la certification à l’ensemble de la montre et élargit les contrôles à 100% de la production Poinçon de Genève.

 

Confiées jusqu’en 2009 à l’Ecole d’horlogerie de Genève, les activités liées au Poinçon de Genève sont placées aujourd’hui sous la responsabilité de TIMELAB – Laboratoire d’Horlogerie et de Microtechnique de Genève, une fondation de droit privé, sous contrôle de l’Etat. Son Conseil de fondation est composé de six hauts fonctionnaires et trois représentants de l’industrie horlogère genevoise.